La pollution de l’air fait des ravages en Inde : New Delhi lutte contre le smog

Interdiction de conduire et système de purification de l’air, notamment pour le célèbre Taj Mahal : avec de telles mesures, New Delhi lutte contre l’épais smog. Mais cela est loin d’être suffisant, estiment les plus hauts juges.

La qualité de l’air est passée à un état “médiocre

À New Delhi, la capitale de l’Inde, la qualité de l’air s’est récemment quelque peu améliorée : elle a toutefois été reclassée au rang de “mauvaise”. Elle sent encore le brûlé et fait tousser les 22 millions habitants de métropole. Mais le voile gris et épais s’est quelque peu aminci, et le gouvernement fête déjà cette réussite.

Machine à épurer l’air au Taj Mahal

En raison de la médiocrité catastrophique des relevés, les autorités ont récemment déclaré une urgence sanitaire et adopté des mesures d’urgence contre les saletés dangereuses présentes dans l’air. Jusqu’à nouvel ordre, seule la moitié des voitures sont autorisées à circuler, un jour celles qui portent des plaques d’immatriculation paires et le lendemain celles qui portent des plaques d’immatriculation inégales. De nombreux chantiers de construction ont été fermés. Les écoles sont restées fermées pendant des jours et des respirateurs ont été distribués à des millions d’enfants.

Même le mausolée du Taj Mahal, mondialement connu, est touché. Une grande machine de purification de l’air y a été installée, car l’air empoisonné endommage le bâtiment en marbre emblématique, ont écrit les médias locaux.

Les limites de particules de l’OMS ont été dépassées 40 fois

Ces derniers jours, la pollution par les particules a été telle qu’elle a dépassé la valeur limite de l’Organisation mondiale de la santé d’un facteur 40. La visibilité était si mauvaise que les vols ont été détournés. Toute personne ayant inhalé le mélange toxique pendant une journée se retrouve avec une dose de 30 à 40 cigarettes, comme l’a calculé un chirurgien pulmonaire. 

En raison des risques sanitaires immenses, les plus hauts juges indiens sont maintenant également intervenus. Ils ont constaté que les mesures d’urgence imposées n’étaient pas suffisantes et qu’une solution durable était nécessaire à long terme. L’accent est mis sur une source de pollution particulièrement grave : le brûlage des résidus de culture dans les champs. Les agriculteurs le font chaque année à la fin de l’automne afin de défricher leurs champs pour de nouveaux semis, bien que cela ait été interdit depuis longtemps. Mais les politiciens détournent souvent le regard, en partie parce que les agriculteurs sont des électeurs importants. Un juge a accusé des politiciens d’avoir échoué. “Delhi s’étouffe et ils ne font rien”, a-t-il dit.

Récriminations mutuelles en politique

En général, la pollution par les particules dans la capitale indienne est pratiquement toujours trop élevée selon les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé, même lorsque le ciel est bleu. Même si la fumée des champs brûlés est absente, il y a toujours un mélange de gaz d’échappement de millions de voitures, d’usines et de générateurs diesel dans l’air. En outre, il y a des incendies dans lesquels les déchets sont brûlés et la poussière des chantiers de construction. Les habitants de New Delhi s’y sont habitués, beaucoup ne portent jamais de respirateur. Si les limites étaient respectées, les Indiens pourraient vivre en moyenne plus de quatre ans de plus, selon un rapport de l’université de Chicago.

Mais dans la plus grande démocratie du monde, les politiciens s’accusent souvent les uns les autres ou donnent des conseils étranges sur la pollution de l’air. Les gens sont censés manger des carottes pour se protéger, a écrit le ministre indien de la santé sur Twitter. Et un politicien local a même recommandé d’apaiser le dieu de la pluie avec un rituel du feu, car la pluie purifierait et améliorerait l’air.

Trop peu d’incitations pour les énergies renouvelables

Bien que l’Inde ait pris certaines mesures pour lutter à long terme contre la pollution atmosphérique, le problème risque de persister pendant un certain temps. Par exemple, il existe des incitations financières pour que les agriculteurs ne brûlent pas leurs champs, mais de nombreux agriculteurs estiment que ces incitations sont encore trop faibles. Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi veut également investir davantage dans les énergies renouvelables à long terme. Mais le pays est encore très dépendant des centrales à charbon et le restera probablement encore longtemps, a récemment écrit le groupe de réflexion Brookings dans un rapport.

L’Inde se classe au troisième rang mondial derrière la Chine et les États-Unis en termes d’émissions de CO2, un gaz à effet de serre nuisible pour le climat, et les émissions devraient continuer à augmenter, comme le prédisent les experts, car la population et l’économie croissent rapidement. L’Inde fait également valoir qu’en tant que pays pauvre, trop de protection du climat fait obstacle à son développement économique. Elle a appelé les pays riches de l’Ouest à l’aide, d’autant plus qu’ils ont historiquement pollué le climat beaucoup plus depuis leur industrialisation.

Une zone d’air pur à Turin pour lutter contre la pollution
Quels sont les 5 plus grands habitants de la mer ?