Le jeu des reproches doit cesser !

Lors du Congrès des médecins indépendants, de nombreux sujets controversés qui entravent l’efficacité et l’efficience des médecins et de la médecine de qualité ont récemment été abordés. Malgré toutes les critiques, le congrès a également abordé les questions d’éthique, ainsi que les solutions proposées pour garantir les soins aux patients à l’avenir.

Une discussion sur ce sujet avec le président de l’Association médicale de Berlin, le Dr Günther Jonitz.

Dr Jonitz, vous êtes connu de beaucoup comme un critique de la politique de santé actuelle. Quel a été le principal problème de la profession médicale lors du Congrès des médecins libres ?

Les inquiétudes et les besoins des médecins en exercice ne sont pas entendus. Notre profession est soumise à des contraintes politiques et financières de plus en plus nombreuses et aux exigences bureaucratiques qui y sont associées. La liberté de la profession médicale, qui est après tout un privilège du patient, est éliminée petit à petit. La motivation et donc l’efficacité et l’efficience des soins aux patients sont menacées.

En tant que président de l’Association médicale de Berlin, comment voyez-vous la puissance de l’industrialisation en termes de qualité médicale, votre sujet au congrès ?

La politique et les compagnies d’assurance maladie ont depuis longtemps mis le cap sur l’industrialisation de la relation médecin-patient individuelle. En raison du passage d’un système de soins de santé à une économie de soins de santé, combiné à une idéologie concurrentielle indifférenciée, la recherche systématique d’argent et les soins des groupes de patients prennent le pas sur les inquiétudes, les difficultés et les besoins du patient individuel. L’humanité s’amenuise. Dans le même temps, des entreprises financièrement solides prennent de plus en plus le contrôle de spécialités entières telles que la dialyse ou l’ophtalmologie chirurgicale. Dans ces domaines, gagner de l’argent prime clairement sur l’éthique.

Dans quelle mesure voyez-vous la médecine d’un œil critique dans la frénésie des données, êtes-vous plutôt inquiet ou même optimiste ?

Heureusement, ce n’est pas tant la profession médicale que ceux qui regardent le système de soins de l’extérieur et qui sentent en même temps de nouvelles possibilités de pouvoir et de nouvelles sources de revenus. Big Data est actuellement beaucoup trop euphorique et fait une fois de plus partie de ces promesses de salut indifférenciées et de ces mots magiques avec lesquels les responsables de la politique de santé sont trop heureux de promettre la “grande solution”. La plupart des données de routine actuellement collectées sont des données comptables et non des données de qualité. Lorsque la qualité est documentée, il s’agit généralement de la qualité médicale et non de la qualité réellement ressentie par le patient. Et les Big Data ne peuvent montrer que des corrélations, pas des causalités (voir les nids de cigogne et les taux de livraison). Il y a une menace de rechute dans la pensée du Moyen Âge. C’est un autre exemple d’échec de gestion classique, dans lequel les nouvelles technologies ne sont pas judicieusement pesées et utilisées de manière ciblée avec les personnes concernées.

La bureaucratie débordante est un problème majeur pour les médecins en cabinet privé comme pour les médecins hospitaliers. Reconnaissez-vous une tendance vers le mieux ?

Tant que la politique et les compagnies d’assurance maladie n’auront pas reconnu la cause réelle de la crise du système de santé, tout ce qui sera porté à l’attention des supérieurs sera mesuré, contrôlé et sanctionné par peur et incompétence. Cela n’est pas rentable, détruit le temps, l’argent et la motivation. On attend avec impatience le premier grand “coup de crayon”.

Economie et médecine, depuis longtemps un champ de tension. Où allons-nous à l’heure actuelle ? Où voyez-vous des dangers ?

Personne ne peut dépenser plus d’argent qu’il n’en gagne à long terme, tant sur le plan professionnel que privé. L’époque des ressources illimitées est révolue. Depuis plus de 20 ans maintenant, les politiciens et les compagnies d’assurance poursuivent une stratégie orientée négativement qui consiste à décimer les coûts, les quantités et les structures. Cela n’entraîne que des mesures défensives de la part des médecins et des hôpitaux concernés. Cette politique a conduit l’Allemagne à un rationnement doux à l’échelle nationale. On manque de médecins, de personnel infirmier et nous sommes confrontés à des goulets d’étranglement croissants pour l’approvisionnement de certains médicaments essentiels. Cette politique a échoué.

Avez-vous des idées pour la sortie ?

Nous avons besoin d’une stratégie politique différente, à savoir celle de “l’optimisation des soins”. Chacun est appelé à montrer quelle est sa contribution positive. La culture de la méfiance en matière de politique de santé doit être renversée.

Au niveau régional, il faut clarifier, dans le cadre de la responsabilité conjointe, quels soins nous devons apporter, où et à quel niveau ? Ensuite, il faut fixer des objectifs et, avec quelques paramètres de réussite concrets et d’autres moins concrets, nous devons examiner et discuter des points à améliorer. Nous devons cesser de jouer au jeu des reproches.

Dans le même temps, les systèmes doivent être adaptés à notre rémunération. EbM et DRGs récompensent la mauvaise qualité et punissent la bonne qualité. “Plus de médecins et moins de médicaments” est un objectif clair. Sous le titre “soins de santé basés sur les valeurs”, il existe de très belles approches et de nombreux projets, dont certains ont reçu plusieurs prix, comme le réseau de pratiques QuE à Nuremberg, sous la direction de Veit Wambach, montrent qu’il est possible d’offrir de meilleurs soins dans de meilleures conditions grâce à une meilleure gestion et à une meilleure coopération. C’est là que nous devons aller.

Le banquier heureux: chanson ironique à l’encontre des banquiers
L’entreprise change – Initiative de Transparence