Reforme en cours pour une demande de dépenses supplémentaires vis a vis au Handicapées.

Incertitude chez les personnes touchées, trop peu d’argent dans les villes et les districts. 

Tout le monde pense que la nouvelle loi sur la participation des personnes handicapées est vraiment bonne. Du moins en théorie. La mise en œuvre pratique est un problème. Les comtés et les villes se plaignent d’un manque d’argent – les personnes concernées se plaignent d’une grande incertitude.

La réforme est une étape importante : avec la nouvelle loi sur la participation, les personnes handicapées auront davantage d’autodétermination et bénéficieront d’un soutien adapté à leurs besoins. Cependant, avant l’entrée en vigueur de la troisième étape de la loi fédérale, le chaos et les conflits féroces sur le financement prévalent. Les districts et les villes, qui en tant qu’organes responsables devront faire face aux changements au 1er janvier de l’année prochaine, se sentent financièrement déçus par l’État. L’État, à son tour, est indigné par ces accusations.

La loi fédérale sur la participation (BTHG) sera mise en œuvre en quatre étapes de réforme d’ici 2023 et équivaut à un changement de paradigme dans l’aide aux personnes handicapées. Au lieu de recevoir des paiements forfaitaires pour les “soins” comme par le passé, chaque personne handicapée doit être soutenue dans ses besoins individuels – quelle que soit la forme de logement. Les prestations visant à garantir les moyens de subsistance – comme le logement ou la nourriture – seront séparées des prestations de participation – comme la mobilité, les besoins d’assistance ou l’éducation.

Des dépenses supplémentaires d’environ 150 millions d’euros doivent être supportées d’ici 2022. 

Selon l’Association des villes et des districts, des dépenses supplémentaires d’environ 150 millions doivent être supportées d’ici 2022. Cependant, l’État n’a promis que 26 millions d’euros pour 2020 et 2021, et a constitué une réserve de 80 millions d’euros – sans préciser comment celle-ci sera utilisée. Alexis von Komorowski, directeur général de l’assemblée du district, a qualifié ce chèque de non couvert et d’inacceptable. “C’est de l’argent papier qui pourrait être dépensé pour des choses complètement différentes.” Dans ces conditions, a-t-il dit, même l’accord-cadre avec les organisations d’aide sociale ne peut être négocié plus avant. Les négociations sont en suspens, au grand dam du ministère des affaires sociales, qui les modère depuis près de deux ans.

L’Association des villes et des districts fait référence à trois exemples de coûts plus élevés : Premièrement, le besoin d’aide pour les personnes touchées sera à l’avenir déterminé pour chaque individu – poste de coût : 43 millions d’euros. Deuxièmement, les personnes handicapées seront à l’avenir autorisées à conserver une plus grande partie de leurs revenus et de leurs biens – coût : 35 millions d’euros. Troisièmement, des prestations supplémentaires pour la participation seront facturées et les tarifs forfaitaires pour les soins dans les établissements de logement seront augmentés – coût : 61 millions d’euros.

Manque de compréhension avec Manfred Lucha. 

Le ministère des affaires sociales a réagi avec incompréhension à ces chiffres. “Au vu des importantes sommes d’argent que les associations municipales d’État réclament maintenant, on a certainement l’impression que les fonds sans preuve, l’accumulation de la bureaucratie et les omissions passées doivent être réglés avec un chèque en blanc de l’État”, a déclaré le ministre Manfred Lucha (Verts).

Dans une lettre du 21 octobre aux présidents de l’Association des villes et municipalités, le ministre conclut également que les dépenses supplémentaires seront nettement inférieures. Selon la lettre, l’annulation des négociations sur l’accord-cadre de l’État, déclarée comme une “pause de réflexion”, équivaut à un affront. Dans la lettre, Lucha menace également de publier une ordonnance légale. L’État se contenterait alors de déterminer ce que les municipalités doivent fournir.

Absence de lignes directrices de base. 

Une porte-parole du ministère des finances a également déclaré que la planification financière actuelle devrait en tout cas rester inchangée. Le budget 2020/2021 doit être présenté au Parlement le 6 novembre, discuté et décidé le 18 décembre.

Les personnes concernées ne sont pas sûres des nouvelles exigences et les associations de personnes handicapées voient les discussions des derniers mois avec des maux d’estomac. L’appel des municipalités pour plus d’argent ralentit les processus ; de plus, le fait que l’accord-cadre de l’État soit au bord de l’effondrement n’aide pas. “S’il manque les directives de base, vous ne pouvez pas travailler avec elles”, a déclaré Jutta Pagel-Steidl, directrice générale de l’Association nationale pour les personnes handicapées physiques et multiples (LVKM). “Les personnes qui souffrent sont les handicapés”.

Citoyenneté française : votre guide pour la comprendre !
La première victoire de Macron euphorise les marchés financiers