Toujours des problèmes avec les femmes, désolé pour le quota de femmes

Je m’excuse pour le titre un peu rude et pas tout à fait sérieux de ce blog, mais il était trop tentant. Afin d’augmenter la proportion de femmes dans les postes de direction, certaines entreprises sont obligées de fixer et de publier des objectifs chiffrés pour la proportion de femmes dans les postes de direction. L’objectif est de créer une pression politique pour augmenter la proportion de femmes. Les mesures coercitives ne semblent pas avoir de sens, ne serait-ce que parce que, selon toute expérience, l’offre de main-d’œuvre féminine pour de nombreux postes de direction n’est pas exactement abondante. Si l’on voulait des quotas stricts de mesures coercitives, il faudrait envisager non seulement la promotion des femmes, mais aussi des mesures coercitives pour l’offre dans le sens d’une obligation de carrière lorsqu’il existe un potentiel. Mais ce serait difficilement applicable ou même légitime.

Mais quelles sont les conséquences d’une déclaration non conforme à la loi ou mal faite ?

En vertu de la loi sur la participation égale des femmes et des hommes aux postes de direction dans le secteur privé et dans le secteur public, les entreprises cotées en bourse et/ou soumises à la cogestion d’entreprise doivent fixer des objectifs chiffrés concernant la proportion de femmes au sein du directoire ou du conseil d’administration, du conseil de surveillance et aux deux niveaux de direction inférieurs au directoire, ainsi que des délais pour atteindre ces objectifs. (§§ 76 alinéa 4, 111 alinéa 5 AktG, §§ 36, 52 alinéa 2 GmbHG). Pour les sociétés par actions cotées en bourse soumises à la cogestion, un quota minimum de 30 hommes et femmes est également applicable (§ 96 alinéa 2 AktG).

Pour le rapport de gestion, plus précisément dans la déclaration sur le gouvernement d’entreprise, il y a une obligation de divulguer les actions spécifiées et, après l’expiration du délai respectif fixé, le degré de réalisation des objectifs ou les raisons de leur non réalisation (article 289a, paragraphe 2, point 4, paragraphe 4, première phrase du HGB). La déclaration peut être soit présentée dans une section distincte du rapport de gestion, soit mise à la disposition du public sur le site web de l’entreprise, auquel cas le site web doit être mentionné dans le rapport de gestion (article 289a, paragraphe 1, phrases 2 et 3 du HGB).

Si une entreprise n’est pas disposée à fournir ces informations, elle peut envisager d’omettre simplement les informations sur le quota de femmes ou d’omettre l’intégralité de la déclaration de gouvernance d’entreprise ou le lien vers le site web et son contenu. Il est vrai que le rapport de gestion est soumis à un audit (article 317, paragraphe 2, du HGB). Toutefois, le législateur a décidé de ne pas inclure le contenu de la déclaration de gouvernance d’entreprise dans l’audit. Toutefois, l’audit doit déterminer si les informations ont été fournies (§ 317 (2) phrase 4 HGB). Une lecture critique de la déclaration est également requise (IDW EPS 350 nF Annexe 2, IDW PS 202).

Si l’information est manquante ou si aucune déclaration de gouvernance d’entreprise n’est fournie, l’IDW estime qu’il est nécessaire, conformément à l’obligation légale de vérifier l’existence de l’information, de nuancer l’opinion du vérificateur, car l’information est typique du rapport de gestion au sens du projet de nouvelle norme d’audit pour le rapport de gestion (IDW EPS 350 nF Tz. 19k), A99).

La situation est différente si la déclaration contient des informations inexactes, telles que la réalisation d’un taux cible qui n’a pas été effectivement atteint.

Il est vrai que l’auditeur n’est pas obligé d’effectuer un tel audit. Cependant, s’il constate cette lacune en l’analysant de manière critique, la question se pose de savoir quelles en seront les conséquences. En cas de lacunes importantes, le client doit s’efforcer d’obtenir un changement et, si nécessaire, en informer le conseil de surveillance (IDW PS 202, paragraphes 13, 15). Si l’auditeur détermine que les informations incomplètes ou incorrectes constituent une violation grave des obligations légales de déclaration des représentants légaux, il doit en faire état dans le rapport d’audit (§ 321 alinéa 1, tiret 3 HGB, IDW PS 202 alinéa 15). Dans une prise de position, l’IDW estime que de telles déficiences en rapport avec la déclaration sur le gouvernement d’entreprise peuvent être considérées comme graves et donc à signaler en raison de leur importance pour le gouvernement d’entreprise. Toutefois, une déclaration précise d’un quota cible de 0 ar.

Le quota de femmes est une question sensible. L’obligation de signalement est une tentative de pousser doucement la pratique. Heureusement, le législateur s’est abstenu de déclarer que les informations sont soumises à un contrôle matériel et substantiel. L’auditeur doit déjà être responsable de suffisamment de tâches qui ne peuvent être reprises de la fonction d’origine. À ce stade, nous voudrions mettre en garde contre une nouvelle surcharge de l’audit.

Les 3 meilleures villes d’Europe pour le travail indépendant du lieu
Salaire minimum : des contrôles stricts et inopinés par les autorités compétentes