Akrotiri : Déchiffrer les secrets des temps passés

Vous vous souvenez peut-être du slogan « il s’agit de sauver le monde, en paroles et en actes ». Mais sauver le monde est une tâche compliquée, personne n’y est encore parvenu, sans parler de l’élaboration d’un plan pour montrer au monde comment rester en sécurité. C’est pourquoi une partie de cette formation continue pour sauver le monde consiste à accepter le passé et à tirer les leçons des erreurs de nos ancêtres.

Les ancêtres, par exemple, n’ont pas réussi à sauver une petite partie de notre monde sur l’île de Santorin et personne ne sait ce qui s’est réellement passé là-bas. Kaspersky Lab a décidé de poursuivre les mystères de la période minoenne et a investi dans une fouille archéologique près d’Akrotiri.

Contexte historique

Depuis l’Antiquité, les gens vivent sur la Thera (Santorin, aujourd’hui la Grèce). Les premières preuves de vie humaine à Akrotiri remontent au cinquième millénaire avant J.-C. Avec le temps, le petit village de pêcheurs et d’agriculteurs s’est développé et est devenu un important établissement. Les gens y ont vécu pendant plus de 500 ans.

Cependant, outre les humains, il y avait aussi un volcan sur la Thera. Au deuxième siècle avant J.-C., une énorme éruption a enseveli la colonie sous des couches de cendres volcaniques, qui l’ont à leur tour préservée pour les archéologues d’aujourd’hui.

Pourquoi le village est-il si spécial ?

La colonie de Thera est associée aux Minoens, une civilisation extrêmement intéressante et importante d’un point de vue archéologique. À l’époque minoenne, les gens utilisaient un certain nombre de technologies qui ont dû être réinventées après plusieurs siècles.

En plus de la technologie avancée, grâce aux épaisses couches de cendres, les fresques, la poterie et le mobilier sont extrêmement bien conservés à Akrotiri.

La colonie disposait, également, d’un certain nombre de solutions techniques inhabituelles et avancées, telles qu’un système de drainage avancé et des bâtiments de trois étages. Ils avaient même des tuyaux au deuxième étage ; quelque chose qui, même à l’époque moderne, n’existe pas partout.

Les colons d’Akrotiri ont créé des poutres qui devaient intéresser particulièrement les scientifiques, leurs fermes de toit résistantes aux tremblements de terre. C’est ainsi qu’il a été découvert que les habitants d’Akrotiri ont pris des dispositions sophistiquées et avancées pour se préparer aux éruptions volcaniques. De plus, à en juger par les résultats des fouilles, ils ont reconstruit leur ville à plusieurs reprises.

Ville sans nom

Santorin détient de nombreux secrets qu’il reste à explorer. En fait, personne ne sait quel était le vrai nom de la colonie ; aucun panneau de signalisation n’a survécu. Akrotiri est le nom du village actuel situé près du site de fouilles.

Un autre fait intéressant est que les excavateurs n’ont trouvé aucune victime de l’éruption volcanique. Il semble qu’il y ait eu un tremblement de terre avant l’éruption et que les gens aient eu assez de temps pour s’échapper, bien que personne ne sache jusqu’où ils sont allés. Un tsunami a frappé les îles les plus proches (dont la Crète).

Grâce à Akrotiri, les scientifiques peuvent en apprendre davantage sur la façon dont les peuples anciens ont fait face aux catastrophes naturelles. Malheureusement, ce site historique sera perdu sans les travaux de restauration nécessaires. Un investissement dans le projet Akrotiri a été fait parce que Kaspersky Lab a toujours accordé la plus grande importance à l’archéologie. Fouiller les civilisations anciennes est très similaire à la recherche de traces dans des codes sources compliqués pour aller au fond des activités cybercriminelles.

Comme vous le savez, le paysage des menaces évolue tous les jours et pour Kaspersky Lab, la cyber -sécurité est leur première priorité et aujourd’hui ils sont confrontés à de nouvelles menaces qui sont différentes de celles des civilisations passées. Les gouvernements savent comment évacuer les gens des catastrophes naturelles, et les scientifiques prédisent les éruptions volcaniques, mais l’humanité a développé de nombreuses autres méthodes pour se détruire et détruire les autres.

La préservation des trésors du passé est une partie importante de la préparation de l’avenir, et Kaspersky Lab est fier de soutenir le travail sur cette grande tâche, par exemple, en trouvant des moyens de protéger les gens contre les catastrophes cybernétiques.

 

Le cygne noir : un livre de Nassim Nicholas Taleb s’assimilant par les événements peu probables
L’intelligence artificielle et l’avenir du travail