Après le soulagement, les vieux défis économiques ressurgissent avec les élections françaises

L’élection d’Emmanuel Macron comme nouveau président français a été accueillie avec soulagement au niveau international. Mais comme toujours après de tels événements, la désillusion s’installe rapidement. Les défis restent inchangés.

Après l’élection en France : un peu d’air au lieu de l’euphorie

La politique et les entreprises ont réagi avec soulagement à l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la France. “Félicitations au peuple français qui a voté pour la liberté, l’égalité et la fraternité et qui a rejeté la tyrannie des fausses nouvelles”, a déclaré le président du Conseil de l’UE, Donald Tusk. C’était “un vote encourageant pour l’Union européenne”, a déclaré Hans-Walter Peters, président de la Fédération bancaire.

Cependant, il n’y a pas eu de feu d’artifice de prix sur les bourses en Allemagne et en France. Les économistes estiment que le danger d’une crise grave pour l’Europe a été évité dans un premier temps, mais ils ont mis en garde contre des espoirs exagérés. On peut se demander si le nouveau président pro-européen obtiendra une majorité suffisante lors des élections législatives de début juin. “La zone euro ne se calmera pas, la BCE ne va probablement pas augmenter ses taux d’intérêt directeurs cette année ou l’année prochaine”, a prédit Jörg Krämer, économiste en chef de la Commerzbank.

Selon Clemens Fuest, patron de l’Ifo, Macron sera “un partenaire stimulant mais constructif pour l’Allemagne”. L’ancien ministre de l’économie, âgé de 39 ans, avait proposé que la zone euro ait son propre budget, un parlement et un ministre des finances. Le résultat de l’élection a d’abord envoyé l’indice de référence allemand, le Dax, vers de nouveaux sommets. Mais après un bond à 12 762 points, le baromètre boursier a rapidement abandonné ses gains. Comme les résultats des élections ont finalement déjà été pris en compte, il n’y a plus eu de réactions significatives du marché, a déclaré la bourse. La bourse française a d’abord réagi légèrement positivement. Au cours des deux dernières semaines, l’indice de référence du CAC 40 avait déjà grimpé de plus de 7 % après la victoire de M. Macron au premier tour de l’élection présidentielle. “La politique offre un répit aux marchés financiers, mais reste un facteur de perturbation à moyen terme”, a expliqué Ulrich Kater, économiste en chef de Dekabank.

M. Mersch, directeur de la BCE : Ne modifier la politique monétaire que prudemment

Dans la discussion sur une normalisation de la politique monétaire par la Banque centrale européenne (BCE), le banquier central luxembourgeois Yves Mersch a appelé à la prudence. “Toute discussion doit, bien entendu, se dérouler de manière structurée, ordonnée et prudente”, a déclaré aujourd’hui à Tokyo le directeur de la BCE. Les attentes du marché concernant le risque de déflation et de nouvelles réductions des taux d’intérêt par la BCE ont diminué. “Et l’accent commence à se déplacer vers une normalisation de la politique monétaire à l’avenir”, a déclaré M. Mersch.

Merkel s’oppose aux euro-obligations

Le gouvernement allemand veut soutenir activement le futur président français Emmanuel Macron dans son programme pour plus de croissance et d’emploi. Cependant, la chancelière Angela Merkel (CDU) continue de rejeter les euro-obligations privilégiées de Macron, dont plusieurs États de l’UE sont responsables. Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, l’a souligné aujourd’hui à Berlin.

Des entreprises allemandes construisent une plateforme d’identité et de données

Plusieurs grandes entreprises allemandes veulent lutter contre la domination actuelle des poids lourds américains tels que Google et Facebook grâce à une identité et une plateforme de données globales. Dans un premier temps, Allianz, Axel Springer, Daimler, Deutsche Bank avec la Postbank et le service de cartes Here des constructeurs automobiles allemands seront impliqués. Le système est destiné à fournir un accès uniforme aux services en ligne dans tous les secteurs d’activité.

Paiement mobile, agences bancaires et autres : les tendances de la banque et de la finance
Crowdsourcing : une nouvelle tendance importante pour les banques