Critique de l’accord grec par les milieux politiques et économiques

Le compromis conclu hier entre l’Eurogroupe et le Fonds monétaire international pour résoudre le différend sur la dette grecque a suscité des critiques dans les sphères politiques et économiques.

L’unification de la Grèce : Beaucoup de critiques de la part de la politique et de l’économie

A Luxembourg, les ministres des finances des pays de la zone euro se sont mis d’accord sur le versement de nouveaux prêts d’environ 8,5 milliards d’euros à Athènes. Auparavant, les paiements étaient effectués par le Bundestag allemand sous réserve de la participation du FMI. La solution qui a été trouvée prévoit maintenant que le FMI mette officiellement en place son propre programme de crédit, mais qu’il ne verse pas d’argent pour le moment. Ce n’est qu’après le règlement du différend sur l’allègement de la dette de la Grèce. “Ce n’est pas ce qui a été promis au Bundestag”, a déclaré aujourd’hui à Berlin le directeur de l’Institut allemand de recherche économique (DIW), Marcel Fratzscher.

Ulrich Stephan, responsable de la stratégie d’investissement pour les clients privés et les entreprises à la Deutsche Bank, a déclaré que l’accord a aidé Athènes pour le moment, mais qu’il n’a pas résolu le problème. Sans l’allégement de la dette, la Grèce ne pourrait guère se suffire à elle-même sur le plan financier. Selon les initiés, la Grèce ne peut espérer une inclusion rapide de ses obligations dans le programme d’achat de la Banque centrale européenne (BCE). La BCE, disent-ils, a d’abord besoin de plus de clarté sur le type d’allégement de la dette que le pays recevra de ses prêteurs internationaux. Les principaux responsables politiques du SPD et du FDP ont accusé le ministre fédéral des finances Wolfgang Schäuble d’avoir recours à une tactique de dissimulation afin de ne pas avoir à divulguer le prix de la participation du FMI avant les élections fédérales. Le mécontentement s’est également manifesté au sein de la CDU.

Autres nouvelles économiques 

C’était également important :

Les banquiers centraux européens s’inquiètent des projets de déréglementation américains

Les plans du gouvernement américain visant à assouplir considérablement la réglementation bancaire ont été critiqués par les banques centrales de France et de Suisse. Ils ont mis en garde aujourd’hui contre un assouplissement des réglementations plus strictes introduites après la crise financière. Une réduction aurait de graves conséquences, tant pour la stabilité du système financier mondial que pour la concurrence entre les banques américaines et européennes, a déclaré le président de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. “Il serait prématuré de dire que nous avons stabilisé le système financier. Nous ne pouvons pas réduire les efforts de réforme”, a déclaré Fritz Zurbrügg, vice-président de la Banque nationale suisse (BNS).

Pronostic : L’économie allemande garantit des millions d’emplois dans l’UE

Selon une étude, l’économie allemande, critiquée pour sa force d’exportation, assure 4,8 millions d’emplois dans les autres pays de l’UE. C’est le résultat d’une analyse de l’institut suisse d’expertise Prognos. En 2015, l’Allemagne aurait importé de l’UE des biens d’une valeur de près de 620 milliards de dollars. Une détérioration de la compétitivité allemande signifierait que la production économique dans l’ensemble de l’UE pourrait être inférieure de 36 milliards d’euros d’ici 2023, a-t-on dit. “Notre étude réfute le mythe de la compétitivité allemande, qui serait préjudiciable à nos pays voisins”, a déclaré Bertram Brossardt, le directeur général de l’Association des entreprises bavaroises, qui a commandé l’étude.

Ce qui sera important dans les prochains jours

Dans les prochains jours, les sujets suivants, entre autres, seront à l’ordre du jour financier :

Samedi, lors du Forum d’histoire Körber, les participants à une table ronde, dont le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble et le commissaire européen aux affaires économiques Pierre Moscovici, aborderont la question “Combien l’Allemagne peut-elle tolérer ?”

En France, le second tour décisif de l’élection de l’Assemblée nationale française a lieu dimanche. Le parti du nouveau président Emmanuel Macron, La République en Marche, avait clairement remporté le premier tour il y a une semaine et peut compter sur une large majorité.

À Berlin, la conférence des partis fédéraux des Verts sur le programme électoral pour les élections au Bundestag se termine.

L’Union européenne et la Grande-Bretagne veulent entamer officiellement les négociations sur la brévité lundi.

La chancelière allemande Angela Merkel s’exprime lors de la Journée du consommateur 2017 à Berlin.

À Francfort, la Deutsche Bundesbank organise un colloque en l’honneur de feu l’ancien président de la Banque centrale, Hans Tietmeyer, auquel participeront notamment le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, et le ministre fédéral des finances, Wolfgang Schäuble.

La commission d’enquête Cum-Ex adopte son rapport final.

Paiement mobile, agences bancaires et autres : les tendances de la banque et de la finance
Crowdsourcing : une nouvelle tendance importante pour les banques