G20 : le libre-échange est important selon l’UE

Avant le début du sommet du G20 de Hambourg 7 et 8 juillet 2017, l’ancien président du Conseil de l’UE, Donald Tusk, l’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont souligné la grande importance du libre-échange international pour l’Europe et son économie.

Dans la Bankenbrief, l’Association des banques allemandes ont fourni des informations quotidiennes sur les actualités et les événements du monde de la finance et de la banque. Voici ce que vous devez savoir;

Au G20, Angela Merkel souligne l’importance du libre-échange

Juste avant le début du sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017, l’Union Européenne a envoyé un signal fort contre le protectionnisme : À midi, l’ancien président du Conseil, Donald Tusk, a annoncé que l’UE avait donné son accord de principe à un accord de libre-échange global avec le Japon. “Cet accord est le message fort que nous enverrons lors de la réunion du G20 de demain”, a souligné l’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles.

La chancelière allemande Angela Merkel, pour sa part, a souligné l’importance du libre-échange pour l’économie mondiale. “Nous sommes tous d’accord pour dire que nous avons besoin de flux commerciaux ouverts”, a-t-elle déclaré. Les principales associations professionnelles allemandes ont exigé des conditions cadres fiables et claires de la part des participants au G20. L’industrie allemande a plaidé pour la renonciation aux mesures protectionnistes. Le président de la Banque, Hans-Walter Peters, a appelé les chefs d’État et de gouvernement du G20 à prendre un engagement commun en faveur de la réglementation internationale des banques et des marchés financiers.

“Les effets les plus graves de la crise financière pourraient également être surmontés assez rapidement car le G20 a convenu de mesures communes à Pittsburgh en 2009”, a-t-il déclaré au Rheinische Post. “Cette prise de conscience devrait également constituer la base inébranlable du prochain sommet : La stabilité du système financier mondial ne peut être garantie que par une réglementation coordonnée au niveau international. Il ne devrait pas y avoir de “concurrence des laxismes” dans la réglementation”, a-t-il dit. Le gouvernement américain du président Donald Trump avait annoncé son intention d’assouplir la réglementation des marchés financiers. Merkel et Trump veulent déjà se rencontrer ce soir.

Réserve Fédérale Américaine : incertitude sur la tendance de l’inflation

Lors de leur dernière réunion sur les taux d’intérêt, les membres de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont exprimé leur inquiétude quant à la faiblesse des taux d’inflation. Comme le montre le compte-rendu de la réunion, la plupart des participants sont d’avis qu’aucune tendance ne se dégage encore des développements actuels. Les investisseurs avaient espéré se faire une meilleure idée de la perspective de nouvelles hausses de taux cette année.

Le ministre italien de l’économie, M. Padoan, ne voit pas de nouvelle crise bancaire

Le ministre italien de l’économie, Pier Carlo Padoan, s’est dit confiant que les institutions financières de son pays avaient traversé le pire. “Il n’y a certainement pas d’autres sources d’incendie susceptibles de provoquer des crises”, a-t-il déclaré dans une interview. Plus récemment, l’État a fourni jusqu’à 17 milliards d’euros aux institutions Veneto Banca et Banca Popolare di Vicenza et a soutenu la banque traditionnelle Monte dei Paschi avec 5,4 milliards d’euros.

Le négociateur européen de Brexite, M. Barnier, met en garde la Grande-Bretagne

On se souvient des longues négociations qui ont marqué les débats sur le Brexit avant son entrée en vigueur. Le négociateur en chef de l’UE pour la brexite, Michel Barnier, a mis en garde la Grande-Bretagne contre des droits de douane élevés si les négociations échouent. Il a dit que c’était seulement 20 mois avant que la Grande-Bretagne ne devienne un pays tiers. Londres ne peut pas participer partiellement au marché intérieur ou à l’union douanière, a-t-il souligné aujourd’hui. “À mon avis, il n’y a pas de base raisonnable pour un scénario de non-réalisation”. Si aucun accord n’est conclu, les deux parties seront perdantes la Grande-Bretagne perdra plus que l’UE.

Paiement mobile, agences bancaires et autres : les tendances de la banque et de la finance
Crowdsourcing : une nouvelle tendance importante pour les banques