Le baby boom dans les grandes villes conduit à des salles d’accouchement pleines

Dresde et Leipzig, en particulier, connaissent des naissances records.

Dans certains endroits, les salles d’accouchement deviennent exiguës.

Certaines cliniques veulent s’agrandir. Mais ce n’est pas si facile.

Des salles d’accouchement pleines, trop peu de lits pour la mère et l’enfant : Le baby-boom pose de grands défis aux maternités de certains endroits.

En particulier dans les grandes villes, certains services atteignent leurs limites de capacité en raison de l’augmentation du taux de natalité, explique Friedrich München, directeur général adjoint de la Société hospitalière de Saxe (Association des hôpitaux de Saxe).

L’hôpital universitaire de Dresde, par exemple, travaille à plein régime face à un taux de natalité record.

2809 garçons et filles sont nés, contre 2521 l’année précédente : “C’est un sacré bond en avant. Jamais auparavant on n’avait eu de chiffres aussi élevés”, explique Pauline Wimberger, directrice du département de gynécologie et d’obstétrique.

Néanmoins, grâce au talent d’organisation des médecins et des sages-femmes, les futures mères ont pu bénéficier des meilleurs soins possibles.

Si la clinique a ce qu’elle veut, la capacité d’accueil du service doit être augmentée dans un avenir proche.

Il n’y a pas encore de plans concrets.

Le service d’obstétrique de l’hôpital

Selon ses propres informations, le service d’obstétrique de l’hôpital universitaire compte 51 lits.

En cas de forte occupation, des lits supplémentaires du service de gynécologie pourraient être utilisés dans des cas individuels, ont-ils dit.

L’hôpital Diaconesse de Dresde a créé deux postes supplémentaires de sage-femme pour faire face au boom des naissances.

“Si nécessaire, on utilise les chambres libres d’un autre service et les transformons en chambres mère-enfant, par exemple dans le service gynécologique”, explique Andreas Werner, médecin-chef de la clinique de gynécologie et d’obstétrique.

À Dresde, qui porte depuis des années le titre officieux de capitale allemande de la naissance, 8542 enfants au total sont nés en 2016.

C’est 332 de plus qu’en 2015 et plus qu’en 1990.

La clinique de Chemnitz

Chemnitz a compté environ 3400 nouveaux-nés, soit près de 200 de plus que l’année précédente.

Cela se remarque à la clinique de Chemnitz qui, après des années de stagnation, se réjouit de l’augmentation du nombre de naissances.

“Il est certain que les salles d’accouchement existantes sont entièrement occupées certains jours, ce qui représente un défi particulier pour le personnel”, a déclaré une porte-parole.

Mais grâce aux compétences logistiques et à la flexibilité du personnel, aucune femme enceinte n’a encore dû être refoulée.

Dans certains cas, les femmes enceintes étaient d’abord hébergées dans le service de gynécologie, puis transférées dans le service d’obstétrique.

En 2016, 1482 enfants sont nés à la clinique, soit plus qu’en 20 ans.

Leipzig a également établi un nouveau record avec 6873 nouveaux-nés.

L’hôpital universitaire a réagi à cette situation en embauchant des sages-femmes supplémentaires l’année précédente, et une cinquième salle d’accouchement nouvellement construite a également été mise en service au début de l’année.

“On n’a pas encore eu à refuser des femmes enceintes qui sont venues accoucher en salle d’accouchement”, a-t-on dit.

Cependant, il arrive parfois que des grossesses à haut risque doivent être transférées au préalable dans d’autres cliniques en raison de la charge de travail élevée en néonatologie.

L’hôpital Sainte-Elisabeth

L’hôpital Sainte-Elisabeth, qui est très demandé par les mères de Leipzig et des environs, ressent également les effets du boom des naissances.

L’année dernière, l’hôpital a enregistré 2690 naissances, soit 400 accouchements de plus qu’en 2015 et donc un nouveau record.

“Les salles d’accouchement sont pratiquement toujours occupées, tout comme les lits et les chambres de la maternité”, a expliqué une porte-parole.

De temps à autre, les capacités seraient complètement épuisées.

Pour cette raison, l’hôpital est actuellement en négociation avec le ministère des affaires sociales au sujet d’une éventuelle extension du service.

Dans une telle situation, la Société hospitalière de Saxe souhaiterait voir plus de flexibilité de la part de l’État libre en tant qu’autorité de planification responsable et des caisses d’assurance maladie.

“Mais il est difficile d’obtenir les lits supplémentaires prévus”, a expliqué Friedrich München.

Les compagnies d’assurance maladie ont également souvent fait preuve de retenue parce qu’elles doivent financer des services plus tard.

Ces dernières années, de nombreuses maternités en milieu rural ont été fermées, notamment à Radebeul, Stollberg, Reichenbach et Hartmannsdorf.

L’association des hôpitaux estime que les maisons ont couvert environ 1000 naissances.

Ce serait un problème si aucun lit supplémentaire n’était créé dans les villes, a déclaré M. Munich.

Selon le ministère des affaires sociales, il y avait encore 53 hôpitaux avec des maternités en Saxe, mais leur nombre est tombé à 42.

Dans le passé, les maternités rurales en particulier ont été touchées par la forte baisse des naissances.

Une porte-parole du ministère a toutefois souligné que des soins axés sur la demande sont assurés dans tous les districts et les villes indépendantes.

En outre, les cliniques ont enregistré des séjours hospitaliers de plus en plus courts des nouvelles mères.

L’augmentation du taux de natalité ne signifie donc pas nécessairement une augmentation de la capacité d’accueil, ont-ils déclaré.

Si des lits supplémentaires étaient néanmoins nécessaires, les décisions seraient prises au cas par cas et en coordination entre l’opérateur de l’hôpital et le ministère des affaires sociales.

Amour et tendresse : le sexe lent, la nouvelle tendance au paradis de l’amour
Mark Zuckerberg déclenche le débat sur la vaccination en Allemagne