Le débat sur les heures d’ouverture des cabinets devient de plus en plus polémique

Les médecins se battent contre l’augmentation des heures de consultation. Certains médecins préfèrent-ils jouer au golf plutôt que de s’occuper des patients ? Quoi qu’il en soit, les demandes des compagnies d’assurance maladie pour plus d’heures de consultation ont déclenché une vive dispute.

Du point de vue des compagnies d’assurance maladie, les cabinets médicaux devraient ouvrir plus souvent le soir et le samedi. “Les maladies ne sont pas basées sur les heures d’ouverture préférées des médecins en cabinet privé”, a déclaré un dirigeant. L’Association nationale des médecins de l’assurance maladie obligatoire (KBV) a rejeté la demande, la jugeant “effrontée et impudente”. Au lieu de cela, les compagnies d’assurance maladie ont refusé de payer aux médecins des honoraires suffisants.

Un autre dirigeant a également critiqué les heures de bureau trop courtes. “Un ou deux médecins seront vus sur le terrain de golf à partir de mercredi après-midi”, a-t-il déclaré à un journal.

Il a déclaré que les associations des médecins de l’assurance maladie obligatoire doivent garantir des heures de consultation plus conviviales pour les patients. Les nombreux travaux effectués en dehors des heures de bureau ne doivent pas se retrouver coincés avec quelques médecins qui sont là le samedi. Le mercredi et le vendredi, la majorité des cabinets sont fermés l’après-midi, le soir et le week-end de toute façon. “Pas étonnant que de plus en plus de gens se rendent aux urgences des hôpitaux”.

Heures d’ouverture des cabinets médicaux

Selon une enquête, un cabinet sur cinq a des heures de consultation le mercredi entre 14 et 17 heures, le vendredi, moins de 20 %. Les consultations après 18 heures sont proposées par plus de la moitié des cabinets les lundis, mardis et jeudis. Après 19 heures, entre 9 et 12 %, selon le jour de la semaine. Selon l’enquête, seuls 1 à 2 % des cabinets proposent entre 8 et 13 heures de consultation le samedi. Selon les données, 1 400 médecins généralistes, pédiatres, ainsi que des ophtalmologistes, orthopédistes, gynécologues et ORL ont été interrogés par l’Institut Forsa.

Ne pas traiter les patients privés pendant les heures de consultation habituelles

Dans l’enquête, 99 % des médecins ont déclaré qu’ils traitaient également des patients privés pendant les heures de consultation. M. Stackelberg a averti que si les médecins n’offraient que le nombre minimum de 20 consultations par semaine actuellement, ils ne seraient pas autorisés à traiter des patients privés ou à vendre des services privés pendant cette période. “Pour les affaires privées supplémentaires, des rendez-vous et des heures de consultation supplémentaires doivent être proposés”.

La profession médicale se sent giflée

Le président du KBV a répondu : “les déclarations du GKV-Spitzenverband sont une gifle pour les collègues du secteur privé et témoignent de la distance qui sépare les fonctionnaires de l’assurance maladie des soins aux patients”. Les médecins en cabinet privé travaillent souvent beaucoup plus longtemps qu’ils ne le devraient – et travaillent en moyenne 52 heures par semaine. “Aux heures où les cabinets sont fermés, le service médical de garde peut être joint en appelant le 116117”, a souligné le dirigeant. “Il est donc absurde de prétendre que le manque d’heures de consultation le samedi est la raison pour laquelle les gens se sont rendus aux urgences”. Il a ajouté que les compagnies d’assurance maladie ont fait “une promesse de service infinie” et qu’en moyenne, elles ne payaient pas près de 15 % des services fournis par les médecins. “Cela ne peut pas continuer.”

Les fonctionnaires du Trésor doivent quitter leurs bâtiments administratifs

Le président des médecins a déclaré : “les responsables de la caisse d’assurance maladie devraient de toute urgence faire un effort pour sortir de leurs bâtiments administratifs et examiner les pratiques des médecins agréés. Les médecins y travaillaient à la limite et souvent au-delà. Le président du Hartmannbund, une autre association de médecins, Klaus Reinhardt, a blâmé les assurés et les compagnies d’assurance maladie pour ces abus : les compagnies d’assurance pourraient également sanctionner les fautes répétées de l’assuré. Si de nombreux patients se rendent dans des cliniques en cas d’urgence, a-t-il dit, c’est en partie parce qu’ils ne connaissent pas suffisamment les médecins de garde. Les compagnies d’assurance maladie devraient mieux informer leurs assurés. Stackelberg pourrait également y réfléchir le week-end prochain. Lauterbach, en revanche, a déclaré : “il n’est pas possible que les heures d’ouverture et de travail soient de plus en plus conviviales, que les employés malades soient à peine pris en considération et que seuls les médecins en soient exemptés.

Exposer le mouton noir

En raison d’une procédure législative en cours concernant l’accélération des rendez-vous chez le médecin, les médecins et les compagnies d’assurance maladie s’efforcent actuellement de convaincre les patients. Lors de la première lecture du projet de loi au Bundestag il y a une semaine, le ministre de la santé Jens Spahn (CDU) a défendu les plans. En plus d’accélérer les rendez-vous chez le médecin, le projet prévoit que les médecins en cabinet privé offrent au moins 25 heures au lieu de 20 pour les personnes bénéficiant de l’assurance maladie obligatoire. Les points de service téléphonique pour les rendez-vous, qui varient d’un pays à l’autre, doivent être étendus pour fournir des services 24 heures sur 24 dans tout le pays. Montgomery avait déjà demandé plus de places d’études médicales et des conditions de travail attractives en lieu et place de ces plans. Une experte en santé a assuré : “la loi suit le principe selon lequel lorsque plus de services sont offerts, plus est payé”.

Le président de la Fondation pour la protection des patients, a déclaré : “les combats de salon entre les compagnies d’assurance maladie, les médecins et les politiciens concernant les heures d’ouverture des cabinets médicaux sont agaçants. Les compagnies d’assurance maladie et les médecins doivent dénoncer les moutons noirs dans un “rapport annuel de présence”.

Amour et tendresse : le sexe lent, la nouvelle tendance au paradis de l’amour
Mark Zuckerberg déclenche le débat sur la vaccination en Allemagne