Quelle est l’origine du racisme ? 

Les préjugés raciaux font partie d’un phénomène beaucoup plus large que le racisme, et qui varie d’une culture à l’autre. Nous sommes des êtres tribaux qui divisent le monde en deux groupes : “les nôtres” et “les leurs”. C’est le début d’un article sur le racisme publié dans la revue “Science”, dans le cadre d’une section sur les conflits humains.

Quelle est l’origine du racisme ? 

Les tensions et les suspicions intergroupes sont responsables de la violence entre les musulmans et les hindous, les catholiques et les protestants, les Palestiniens et les juifs, les blancs et les noirs, les hétérosexuels et les homosexuels, les Corinthiens et les Palmeiras.

Dans une expérience classique des années 1950, des psychologues américains ont emmené dans un camp des adolescents qui ne se connaissaient pas. Lorsqu’ils sont descendus du bus, chaque participant a reçu au hasard un T-shirt bleu ou rouge. À partir de ce moment, les bleus et les rouges prennent leurs repas à des heures différentes, dorment dans des logements séparés et forment des équipes opposées dans tous les jeux et pratiques sportives.

L’observation a dû être arrêtée avant la date prévue en raison de la violence des matchs disputés et des bagarres qui ont éclaté entre les bleus et les rouges.

Dans les années qui ont suivi, plusieurs expériences similaires, organisées avec des inconnus réunis arbitrairement, ont démontré que nous considérions les membres de notre groupe comme plus intelligents, plus justes, plus intelligents et plus honnêtes que les “autres”.

L’évolution a façonné notre peur des hommes appartenant à d’autres groupes. Pour nous en défendre, nous avons créé des frontières qui regroupent les uns et séparent les autres selon des critères de couleur de peau, de religion, de nationalité, de convictions politiques, de dialectes et même d’équipes de football.

Une partie de ce préjugé que nous portons sur “eux” est inconsciente. Vous avez peur lorsqu’un adolescent noir s’approche de la fenêtre de votre voiture, avant de vous rendre compte qu’il est jeune et a la peau foncée, car les préjugés à l’égard des hommes noirs ont des racines profondes.

Pourquoi sommes-nous si tribaux ?

Au cours des 40 dernières années, une vaste littérature scientifique a vu le jour pour expliquer pourquoi nous sommes si tribaux. Quels facteurs dans notre passé évolutionnaire ont conditionné le besoin d’armer des coalitions qui ne trouvent aucune justification dans la civilisation moderne ? Pourquoi tant de violence religieuse ? A quoi bon que les Corinthiens aiment et détestent les Palmeirenses ?

Les êtres humains sont capables de collaborer les uns avec les autres à une échelle inconnue dans le règne animal, car la vie en groupe était essentielle à l’adaptation de notre espèce. Se regrouper était le besoin le plus pressant pour échapper aux prédateurs, obtenir de la nourriture et construire des abris sûrs pour élever les enfants.

La complexité même du cerveau humain a évolué, du moins en partie, en réponse aux exigences de la vie en communauté.

Cependant, l’appartenance à un groupe social a souvent signifié la destruction des autres. Lorsque des groupes antagonistes se disputent un territoire et des biens matériels, la capacité à former des coalitions confère des avantages logistiques qui peuvent assurer une plus grande chance de survie aux descendants des vainqueurs.

Quel impact procure-t-il ? 

La contrepartie de l’altruisme envers les “nôtres” est la cruauté envers les “autres”.

Les racines des préjugés d’aujourd’hui se trouvent dans la violence intergroupe d’un passé lointain. Les interactions négatives entre nos ancêtres ont donné naissance aux comportements préjudiciables d’aujourd’hui, car à leur époque, le contact avec les autres peuples était tourmenté et limité.

C’est avec les navigations et la découverte des Amériques que des individus d’ethnies diverses ont dû coexister, mais pas toujours pacifiquement. Cet éloignement serait à l’origine de l’idiosyncrasie à l’encontre des Noirs et des Indiens, par exemple, des personnes physiquement différentes des colonisateurs blancs.

Les préjugés raciaux ne sont pas un problème limité au racisme, ils font partie d’un phénomène beaucoup plus large qui varie d’une culture à l’autre et qui évolue dans le temps. En une seule génération, l’apartheid aux États-Unis a été combattu au point qu’un homme noir est devenu président du pays.

Le préjugé contre “eux” pèse surtout sur les hommes, car les guerriers qui ont attaqué nos ancêtres étaient de sexe masculin. Dans la littérature, cette constatation est appelée l’hypothèse de l’homme guerrier.

L’évolution a façonné notre peur des hommes appartenant à d’autres groupes. Pour nous en défendre, nous avons créé des frontières qui regroupent les uns et séparent les autres selon des critères de couleur de peau, de religion, de nationalité, de convictions politiques, de dialectes et même d’équipes de football.

Une fois que la ligne de démarcation entre “nous” et “eux” est marquée, nous discriminons ceux qui se trouvent de l’autre côté. Parfois avec violence.

 

Comment savoir si les cosmétiques sont faits sans cruauté ?
Les pratiques bisexuelles en hausse chez les femmes.